Essai Dallara F399 Evo 301

Parfois méconnu du grand public, le slalom est pourtant l’une des disciplines les plus accessibles du sport automobile. De ce fait, il a permis à de nombreux pilotes de débuter en compétition. J’en fais partie. Aujourd’hui, c’est sur la piste de Kartagen, dans le Lot-et-Garonne, que j’ai rendez-vous avec Nicolas Fierro pour tester la Dallara F399 avec laquelle il a remporté la finale de la coupe de France l’an passé.
Texte Nicolas Schatz
Photo Christian Chiquello
Voilà un essai qui ne me rajeunit pas ! Il y a tout juste quatorze ans, je m’alignais pour la première fois sur une épreuve. C’était au slalom de Villefranche. J’avais alors une vieillissante Grac MT10 à moteur de moto. Passionnés et motivés, mon père et moi n’avions en revanche aucune expérience de la course. Ce meeting se soldera par un tête-à-queue suite à une crevaison lente. Je me souviens que nous n’avions pas surveillé la pression des pneus depuis le début du meeting. Mais cela ne m’a pas découragé, puisque ensuite, j’ai participé à deux autres slaloms. Mon meilleur souvenir restera celui de Saint-Martin-d’Hères. Toujours avec cette même auto, j’avais la fougue de la jeunesse. C’était sur un grand parking et le tracé était délimité par des pneus. A chaque manche, j’attaquais comme une bête en passant tous les virages « à l’équerre ». Si bien que lors du dernier passage, j’ai fait gicler tous les pneus extérieurs des virages avec mes roues arrière en patinage permanent. Certains sont même passés par-dessus la cabane de chronométrage ! Je ne vous explique pas le boulot pour les organisateurs pour tout remettre en place. Technique spectaculaire mais, pas très efficace, cela je l’ai compris après… Il vous reste encore 95% de cet article à lire.

Extrait de l’article paru dans Echappement n°612, août 2018, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com

Les commentaires sont fermés.