24 Heures du Mans 2018 : la persévérance paye enfin pour Toyota

Avec une TS050 Hybrid aboutie, Toyota s’est enfin imposé sur le double tour d’horloge. Déjà redoutable en LMP1 par le passé, Porsche a dignement célébré son 70e anniversaire en LMGTE Pro en venant à bout d’une armada de constructeurs avec ses 911 RSR aux décorations mythiques. Comme l’année dernière, le sort du LMP2 va, quant à lui, se jouer dans le bureau des officiels…
Texte Emmanuel Naud et Jérôme Leclerc
Photo Jean Michel Le Meur/DPPI

Certes, Toyota a remporté le titre de champion du monde d’endurance en 2014, mais le constructeur japonais s’est toujours cassé les dents sur l’une des courses les plus convoitées, les 24 Heures du Mans. De l’aveu de tous, une victoire sur le circuit de la Sarthe apporte autant voire plus de satisfaction qu’une couronne mondiale et pour cause la couverture médiatique avec un départ et une arrivée retransmis en direct dans le monde entier amène beaucoup plus de retombées qu’une consécration.
Délesté tour à tour d’Audi puis de Porsche, Toyota est le seul constructeur engagé dans la catégorie reine, LMP1-H. Bien sûr, l’ACO et la FIA ont aménagé le règlement pour que des équipes comme Rebellion, CEFC TRSM Racing, SMP, Dragon Speed ou Bykolles Racing puissent s’engager avec des LMP1 « essence ». Mais la balance des performances mise en place n’allait pas permettre à ces teams de jouer devant à la régulière. Le double tour d’horloge semble promis au clan japonais… Il vous reste encore 95% de cet article à lire

Extrait de l’article paru dans Echappement n°611, juillet 2018, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com

Les commentaires sont fermés.