Essai Ford Fiesta ST 2018

Un tout nouveau moteur 3 cylindres, trois modes de conduite personnalisables et un différentiel autobloquant mécanique : la nouvelle Fiesta ST compte sur trois nouveautés techniques pour faire la loi chez les polyvalentes GTI. Pari réussi ?
Texte Jacques Warnery
Photo Ford
Les « petites » GTI sont en pleine ébullition puisque la reine incontestable de cette catégorie, la 208 GTi By Peugeot Sport cessera sa production en juin. Alors évidemment cela se bouscule derrière pour tenter de récupérer le trône laissé vacant par la lionne. Il faut dire que la catégorie offre un vaste choix à l’amateur de conduite sportive. Mini Cooper JCW, Renault Clio R.S. Trophy, DS 3 Performance et j’en passe trépignent d’impatience à l’heure de récupérer le flambeau. Avec leurs qualités et défauts respectifs. Ultra-performante, la Mini manque de rigueur lorsque l’on sort la grosse attaque, sans oublier d’être élitiste. Malgré son châssis plutôt réussi, la plus petite des Renault Sport impose une boîte robotisée à double embrayage rédhibitoire aux yeux de certains. Dans le genre, l’autre tricolore, est également une pointure, à défaut de s’offrir un caractère aussi affirmé que celui de sa cousine sochalienne. Les dernières nouveautés sont des prétendantes tout aussi crédibles, voire même un peu plus encore. Ainsi, la Yaris GRMN reste la surprise de ce début d’année, avec son tempérament mécanique inédit, son positionnement plutôt radical et ses recettes techniques à l’ancienne. Encore faudra-t-il jouer des coudes sur le marché de l’occasion pour s’en procurer une : les modèles prévus pour la France sont d’ores et déjà vendus. Autre star du cru 2018, la toute nouvelle Fiesta ST a également une belle carte à jouer… Il vous reste encore 95% de cet article à lire

Extrait de l’article paru dans Echappement n°610, juin 2018, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com

Les commentaires sont fermés.