Olivier Lamirault : une vie d’envies

Olivier Lamirault est un acteur discret et incontournable du microcosme de la course automobile dans l’Hexagone. Une rencontre avec lui ne peut laisser indifférent tant l’homme, d’une discrétion naturelle, respire une passion exacerbée et communicative.
Texte Jérôme Leclerc
Photo Christian Bedeï
Quand on passe la porte du bâtiment flambant neuf qui abrite le siège du groupe Lamirault dans la zone industrielle de Nogent-le-Phaye, en périphérie de Chartres, il est impossible de ne pas être sensible au design épuré et au calme du site. La poignée de main échangée avec le maître des lieux confirme la sobriété d’un personnage très charismatique qui, très jeune, a fait le choix de construire sa vie en se laissant guider par ses envies. « Ma famille est très proche de la famille Rédélé, ce qui explique pas mal de choses. Tout a commencé quand Jean Rédélé et sa femme sont passés voir mes parents. Ils sont apparus dans le jardin à bord d’une Alpine. J’étais un gamin et je crois que cette image fut fondatrice ! Quelque temps plus tard, en 1965, ce même Jean Rédélé m’a emmené en Alpine avec lui, à Dieppe, puis directement au Mans pour les essais des 24 Heures. J’ai alors fait la connaissance de Jacques Cheinisse et côtoyé la légende Amédée Gordini. Je mesure à quel point j’ai été chanceux de découvrir la course automobile dans l’ombre de ces grands hommes qui sont pour moi des références. »… Il vous reste encore 95% de cet article à lire.

Extrait de l’article paru dans Echappement n°607, mars 2018, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com

Les commentaires sont fermés.