Alpine a110 Cup : dans le secret des lieux

Quand en février 2017, Alpine donne le feu vert à Signatech pour produire l’A110 Cup et mettre sur les rails un championnat monomarque européen en circuit, commence pour l’équipe de Philippe Sinault une passionnante course contre la montre.
Texte Jérôme Leclerc
Photo Christian Chiquello

Le challenge est de taille puisque en moins de douze mois, il faut à l’équipe basée à Bourges étudier, concevoir, valider la mise au point et construire vingt-cinq autos pour la saison 2018 ! Mais la complicité entre Philippe Sinault et Renault ne date pas d’hier. Le titre de champion de France F3 de Jonathan Cochet en 2000 marque le début d’une histoire à multiples facettes. La compétition avec la F3 et la Formule 3.5 puis depuis cinq ans la gestion du programme Alpine en endurance avec les excellents résultats et les titres en ELMS (x2) et en WEC en 2017 assortis d’une victoire de catégorie aux 24 Heures du Mans. L’organisation avec la gestion des championnats de France de Formule Renault et Clio Cup. L’évènementiel avec la conception de stages de pilotage haut de gamme pour Renault F1. Il paraît donc légitime que le choix d’Alpine de confier le projet compétition de la nouvelle arme de Dieppe échoue à l’entité berrichonne rompue aux exigences de la course et de l’organisation. Philippe Sinault ne cache ni la satisfaction ni le stress qu’engendre un tel pari… Il vous reste encore 95% de cet article à lire.

Extrait de l’article paru dans Echappement n°606, février 2018, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com

Les commentaires sont fermés.